Qui suis-je...

Les années 80 et l’assurance Qualité

Après un BAC H (informatique) et un BTS orienté robotique, mon parcours de salarié se résume à trois années comme analyste-programmeur à la Direction du Développement et de la Qualité d’Heineken. Je participais à la conception d’un logiciel qui devait déclencher des alarmes à tous les stades de la fabrication de la bière, en comparant les résultats “frais” aux niveaux de qualité déjà obtenus.

J’ai ensuite repris le développement d’un logiciel qui devait faire le lien entre l’alarme déclenchée et les points particuliers du processus à surveiller. C’était la fin des années 80 et même si toutes les “méthodes japonaises” d’amélioration de la qualité étaient déjà perçues comme des exemples à suivre, je pense que nous étions bien en avance puisque nous avions mis en place des cartes de contrôle avec historiques, graphiques, listing… en passant par la gestion d’un travail d’équipes au niveau des ateliers pour passer en revue les points du processus méritant une attention toute particulière. Nous étions dans une démarche Six Sigma.

LOGADAP

Passionné par le développement informatique et convaincu que je pouvais apporter des solutions adaptées aux besoins des entreprises, je démissionne de chez Heineken pour créer LOGADAP en 1991. Je choisissais LOGADAP pour souligner mes deux passions : le LOGiciel d’un coté, et l’aspect ADAPté de l’autre car j’étais convaincu que la qualité de mes logiciels dépendait directement des interactions et des réflexions menées en collaboration avec des hommes et des femmes.

De 1991 à 2001, j’étais – en même temps – formateur indépendant sur la programmation orientée objet (POO) et développeur freelance pour différentes sociétés de toutes tailles.

Très vite, je me suis aperçu que ma façon d'aborder le développement de logiciels par itérations et incréments était différente de celle qui se pratiquait dans l'industrie. Mes clients ne savaient pas exactement ce qu’ils voulaient et il fallait donc être à l’écoute des besoins, foncer sur les priorités, celles qui apportaient le plus de valeur avec un minimum d'efforts, faire des démo fréquentes, tenir compte des retours du “terrain”...

Cette approche empirique me permettait de créer des logiciels qui s'amélioraient avec le temps. Je devais m’adapter et j’ai vite appris que l’adaptation demandait de l’agilité.

Je ressentais bien que mon approche de la conception de logiciels était atypique, cavalière. Pourtant, j’atteignais la cible là où certains chefs de projet utilisant des méthodes traditionnelles avec plusieurs programmeurs se cassaient la figure.

chefdeprojet_thumb.jpg

A méditer 🙂

La valeur ajoutée de LOGADAP se résume en une phrase : “je ne conçois pas un logiciel sans des Hommes”. Il fallait cesser de demander à des Hommes de s’adapter aux logiciels, mais faire l’inverse ! Un logiciel devait être fait par des Hommes pour des Hommes. On m’avait tellement répété que les logiciels étaient créés dans des salles climatisées par des gens qui sortaient de Grandes Écoles où l’on ne parle que de mathématiques et techniques !

En 2002, je quitte Paris pour habiter en Avignon. Je cherchais dans la périphérie de Paris mais le cauchemar automobile parisien m’a poussé à m’enfuir vers une région qui me laisse à 2h40 de la Gare de Lyon en TGV. Depuis l’arrivée de l’ADSL en 2005, la prise en main à distance des ordinateurs parisiens via Internet est un vrai plaisir. Je ne me déplace plus que deux ou trois jours par mois sur Paris.

Entre 2005 et 2015, et parallèlement à mon activité de télémaintenance “software”, j’ai étendu mes activités au niveau “hardware”, c’est à dire que j’interviens également dans le cadre de l’exploitation, c'est à dire au niveau des systèmes d'exploitation et du matériel informatique. L'objectif étant d’assurer le fonctionnement, dans les meilleures conditions, du parc matériel et logiciels de petites et moyennes entreprises de la région.

Aussi, depuis 2010, je crée aussi des applications Intranets, c'est à dire des applications accessibles à partir de n'importe quel ordinateur et quelque soit le système d'exploitation.

Issu du développement de logiciel, l'agilité s'est développé dans d'autres secteurs de l'économie. Mes valeurs de partage, d’écoute, de respect, de coopération, apportent des solutions aux difficultés rencontrées par les entreprises dans la mise en place de leurs projets. Cette approche qui consiste à valoriser les personnes et les interactions en s'adaptant continuellement au changement est mondialement reconnue depuis 2006. Elle s'appelle Scrum.

Perpectives...

Je reste passionné par la programmation informatique et je continerai à participer à la création et à la mise en place de logiciels adaptés chez mes clients que je choisis essentiellement pour leur motivation à mettre en place une bonne intelligence au sein des équipes dans lesquelles j’évolue en tant que développeur.

Comme il est intéressant et efficient de créer un logiciel métier au sein d'une équipe agile avec un Product Owner capable de faire le lien entre les besoins du client et l'aspect technique. Il est le seul à savoir ce qui peut rapidement apporter de la valeur métier. Le logiciel adapté et fonctionnel n’est que le résultat d'un relationnel sain, c'est la partie visible de l’iceberg.

Les organisations basées uniquement sur l’ordre et l’autorité s’essoufflent, laissons de la place à la créativité, au changement et à la souplesse.

  Une entreprise dans lequel il n'y a pas d'ordre est incapable de survivre, mais une entreprise sans désordre est incapable d'évoluer

Citation de Bernard Nadoulek