Microsoft TechDays 2012 : "fier d'être développeur"

C'est en substance le message que Microsoft France a voulu transmettre lors de cette rencontre annuelle des informaticiens : Les TechDays. Ce matin, durant la plénière, le développeur, le code furent les vedettes. Cela fait du bien de revoir les fondamentaux : des outils et des codes. Aussi, je note l’excellente nouvelle de la création d'une association « fier d’être développeur ». L'objectif est simple :

«Valoriser le métier de développeur, se mobiliser pour que ce métier retrouve ses lettres de noblesse en France. Contrairement à pas mal d’autre pays où l’on peut faire sa carrière en tant que développeur, on constate trop souvent en France que continuer à développer au delà de 35 ans est suspect et souvent dévalorisé. Si c’est en forgeant qu’on devient forgeron, en codant ne devient-on pas codeur.»

Il est dit également sur le site : « le métier de développeur serait bien le seul artisanat (entre art et fait main) ou l’on se passerait de l’expérience acquise au fil des lignes de code et projets. Oui développer nécessite de l’expérience, du doigté et de la passion. Qualité logicielle, prouesse technologique et innovation ne se feront pas sans développeurs heureux épanoui et passionné par leur métier. »

Je ne peux que soutenir l’initiative. 🙂


Site : http://fierdetredeveloppeur.org/

 

fierdetredeveloppeur

Pour enfoncer le clou, je rajouterais que le spécialiste informatique travaille beaucoup dans des structures de type TPE / PME qui sont souvent ignorées par les grandes entreprises, la fonction publique pour les appels d'offres. Or, c'est là que l'on trouve de nombreuses compétences que les grandes SSII n'ont pas toujours. Trop souvent, c'est l'expertise vendue en bout de chaine par un spécialiste officiant au sein d'une petite structure qui permet à l'entreprise de grande taille d'honnorer le marché négocié au prix fort avec son client. C'est l'éternel problème de la sous-traitance en cascade, qui n'existe pas que dans le secteur du Nucléaire (je m'égare...).

Pour en revenir à l'image "d'autiste" associée à la profession d'informaticien développeur (entendons par là celui qui programme des logiciels), il faut avouer que suivre l'évolution technologique aujourd'hui demande du temps, énormément de temps. Entre les évolutions des langages, des matériels et l'explosion d'Internet, tout authentique informaticien se doit d'avaler continuellement des livres et des livres. Vous savez, ces gros pavés imbuvable et compréhensibles uniquement par les choisis, les membres du cénacle ultime, bref, ceux qui détiennent un savoir ésotérique impénétrable à la majorité des mortels.

Et parfois, lorsque le jour se lève et que nous ressentons la solitude de l'informaticien (voir la vidéo du mois) face à son ordinateur en train de chercher passionnément le comment du pourquoi de l'erreur qui le poursuit depuis la veille... alors... alors... la vieille chanson de Michel l'Ingénieur informaticien vient nous chatouiller les oreilles comme une rengaine diabolique :

La chanson de Michel - Ingenieur informaticien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.